Inde : du riz en non-labour

Un cultivateur du Bengale occidental utilise la technique du semis direct pour une rizière sans labour.Les programmes de démonstration sur le terrain au Bengale occidental démontrent que l’utilisation du paraquat et la technique du semis direct (sans labour donc) pour le riz irrigué améliore la production des rizières en Inde. La première réaction des riziculteurs a été extrêmement sceptique mais voir, c’est croire… et la réponse des responsables gouvernementaux a été extrêmement positive. Le paraquat et le semis direct apportent une solution qui réduit les coûts au minimum et le nombre de jours requis pour la riziculture au Bengale occidental. «La réduction des coûts au minimum couvre les frais de labour, qui avoisine les 2250-3000 roupies», a déclaré M. Tapas Kundu, District Plant Protection Officer, North 24 Parganas, pour le ministère de l’agriculture du gouvernement du Bengale occidental. Et de poursuivre: «En principe, la transplantation du riz requiert de 12 à 14 jours pour la préparation des terres, dont un ou deux jours de labour et huit à dix jours de délai d’attente pour permettre aux mauvaises herbes de se décomposer avant le labourage final et la préparation de la rizière. En utilisant du paraquat, un riziculteur peut planter en quatre jours à peine. Il peut ainsi gagner dix jours en moyenne grâce à cette méthode et utiliser le temps gagné pour la prochaine culture (pommes de terre précoces, tomates et autres légumes vendus à un bon prix).» Le commentaire de M. Kundu a fait suite à une visite sur le terrain. Il s’est rendu le 30 juillet 2005 sur un site de démonstration créé par un important fabricant de paraquat. La technique du semis direct (sans labour) va à l’encontre de la plantation manuelle traditionnelle mais fastidieuse de la riziculture au Bengale occidental (Inde). Les riziculteurs locaux qui ont assisté à la préparation du site de démonstration (prétraitement au paraquat) étaient extrêmement sceptiques. Toutefois, sept jours plus tard, une nouvelle visite du site par les riziculteurs locaux et des responsables gouvernementaux ont rapidement dissipé ces doutes. Tous les semis du site avaient pris et étaient bien droits. Ils avaient aussi un meilleur enracinement et une plus belle coloration par rapport aux champs plantés suivant les méthodes de labour traditionnelles.
Les riziculteurs témoins des résultats obtenus sur le site de démonstration ont qualifié cette approche de révolutionnaire.
«Nous n’avons jamais cru que du riz semé à la volée pouvait prendre aussi bien; nous avons désormais confiance dans cette nouvelle technologie», ont déclaré les riziculteurs Abdul Rahup Molla, Abdur Rahim et Abdul Karim Molla. Les remarquables résultats affichés par le site de démonstration ont également suscité une réaction rapide de la part des responsables gouvernementaux, qui ont demandé à 21 riziculteurs de Boro de créer leurs propres sites de démonstration pour le paraquat et les techniques de semis direct. D’autres champs de démonstration similaires sont en cours de création dans d’autres territoires du Bengale occidental. Les systèmes de semis direct (également appelés «sans labour») ont été développés pour prévenir l’érosion du sol et réduire les frais de main-d’œuvre et de carburant. Comme le paraquat n’agit que par contact, les riziculteurs peuvent éliminer les mauvaises herbes sans en endommager la structure de la racine, si bien que le paraquat s’avère l’herbicide idéal dans le cadre de systèmes de conservation et sans labour. Les sites de démonstration qui recourent à la technique du semis direct pour des rizières sans labour constituent une première étape vers une culture sans labour avec le paraquat comme moyen d’améliorer la production des rizières en Inde. Avec la technique du paraquat et du semis direct, les plants (on les voit ici sept jours après leur mise en place) développent un meilleur enracinement et présentent une plus belle coloration qu’avec les méthodes de labour conventionnelles en Inde.